Winter walk with Vivaldi

Balade hivernale avec Vivaldi

Je suis allée me promener aujourd'hui. Il faisait froid dehors, mais j'aime marcher en hiver. L'air était vif et frais, le ciel était si clair et si bleu, et la neige étincelait. C'était une journée parfaite.

 

La marche est pour moi une forme de méditation. C'est un temps que je m'accorde à moi-même. J'ai généralement besoin de ralentir, et une promenade en hiver est parfaite. Il semble y avoir moins de distractions en hiver.

Ces derniers temps, je me tourne vers l'intérieur. J'essaie de me fixer des objectifs de vie et de carrière et de les atteindre. Je fais un travail d'introspection. Lors de ces promenades, j'ai des conversations avec moi-même, car j'essaie de faire le point sur moi-même et de commencer à poser les bases du changement.

 

Tout en marchant, j'ai écouté L'Inverno de Vivaldi.  L'Inverno (l'hiver) a toujours été mon concerto préféré parmi les quatre concertos.

J'ai eu la chance inestimable d'assister à un concert à la Scuola Grande di San Teodoro, une magnifique salle de concert à Venise qui ramène les visiteurs à l'opulence de la République de Venise. Construite au XVIe siècle, elle est un exemple impressionnant d'architecture baroque classique. Nous nous sommes assis dans la somptueuse salle du Capitole, au rez-de-chaussée, où des musiciens en costumes d'époque m'ont fait fondre en larmes.

Je n'ai jamais eu une telle réaction à la musique. Elle m'a transpercé l'âme. Telle est la beauté de l'art et de la musique.

Vivaldi a également publié de magnifiques sonnets pour accompagner la musique, et la combinaison des mots et de l'expression musicale élucide parfaitement l'esprit de la saison.

L’Inverno (L’Hiver)

Trembler violemment dans la neige étincelante, au souffle rude d’un vent terrible,

courir, taper des pieds à tout moment et, dans l’excessive froidure, claquer des dents ;

Passer auprès du feu des jours calmes et contents, alors que la pluie, dehors, verse à torrents ;

 Marcher sur la glace, à pas lents, de peur de tomber, contourner, Marcher bravement, tomber à terre, se relever sur la glace et courir vite avant que la glace se rompe et se disloque. Sentir passer, à travers la porte ferrée, Sirocco et Borée, et tous les Vents en guerre. Ainsi est l’hiver, mais, tel qu’il est, il apporte ses joies.

Quels mots à méditer, qui me rappellent que les nouveaux départs, comme les saisons, peuvent être désordonnés, même celles que vous aimez le moins apportent une nouvelle vie, de nouveaux défis et une chance de grandir.

 https://brigitteklassenart.ca/products/winter-pond-fine-art-print

Retour au blog